Voici à quoi ressemble le « Ken Humain » après toutes ses opérations

7. Plus de thérapie et moins de chirurgie?

C’est un point souvent soulevé par les spécialistes de la santé mentale qui connaissent le cas de Rodrigo et d’autres cas similaires. Les psychologues soulignent que la recherche constante et insatiable d’une apparence « idéale » correspond souvent à un trouble psychologique.

Le trouble connu sous le nom de dysmorphisme corporel amène le patient à croire que plusieurs choses ne vont pas avec son corps et son image. La situation devient incontrôlable car, même si elle corrige ces « défauts », la personne souffrant de ce trouble n’est jamais satisfaite de ce qu’elle voit dans le miroir.

Advertisements
Advertisements

Bien qu’il présente de nombreux signes congruents à cette pathologie, Rodrigo n’a jamais consulté de spécialiste afin de se voir diagnostiquer ce trouble. Apparemment, le mannequin préfère investir son temps et son argent dans ses opérations de chirurgie esthétique. Il dit lui-même qu’il ne se reflète dans personne, que son apparence est le fruit de son imagination et qu’il continuera à se transformer jusqu’à ce qu’il soit satisfait, ce qui, étant très subjectif, ne nous donne aucun indice concret sur ce qu’il espère atteindre.

Rodrigo affirme également toujours clairement qu’il connaît tous les risques liés à la chirurgie plastique, mais il estime que tout risque en vaut la peine pour se sentir épanoui. Il a également déclaré à plusieurs reprises qu’il ne se soucie pas de savoir si l’attention qu’il reçoit est positive ou négative, car les procédures qu’il pratique sont destinées à lui faire plaisir et à personne d’autre.

Advertisements
Advertisements